Abasse Ndione

La vie en spirale



Le yamba, c'est la panacée universelle. Il rend heureux, ne donne pas la gueule de bois comme l'alcool... Mais c'est interdit, et les flics "giflent" (arrêtent) à tout va. C'est pire que la sécheresse !

Amuyaakar Ndooy et ses quatre copains fumeurs sont bien privés. Pas grand chose à faire au village de Sambey Karang, alors si on vous enlève votre seul plaisir... Quand une source de yamba lui tombe du ciel, Amuyaakar décide de se faire dealer, sipikat.

De Sambey Karang, son village, le nouveau sipikat va essaimer à Dakar, rencontrant les "grands" du trafic - et traitant des affaires de plus en plus dangereuses. Un quintal, 500 kg, deux tonnes...

Tout le monde "développe", fume du cannabis. Du gars quelconque au dignitaire religieux, en passant par le militaire et le policier. Ce qui aide bien le trafiquant à s'en sortir en cas de problème.

‹‹ En descendant les allées Canard qui donnaient sur la route de Rio, je tombai sur un attroupement monstre aux alentours du port. Le fameux marché du port. Je décidai d'y faire un arrêt.
C'était le centre commercial le plus rayonnant du pays. A des prix malmenant ceux pratiqués en ville, on pouvait se procurer tous les articles imaginables avec les
baana-baana : effets vestimentaires, légumes et fruits, jouets et appareils électroniques, poissons et fruits de mer, produits pharmaceutiques et cosmétiques, pièces détachées de véhicules, charcuterie, volaille vivante ou plumée, alcool et tabac, cannabis, pions, pistolets et révolvers, etc. ››

‹‹ Le quartier vivait en état de léthargie, hormis les enfants. Nullement incommodés par la terrible canicule, ils menaient grand tapage dans le bayé, organisaient des séances de lutte au son de petits tam-tams faits de boîtes de conserve ou taquinaient avec des cailloux le taureau noir attaché au baobab, le majestueux arbre à fétiches. ››

Le sénégal est pays d'islam, mais les traditions animistes sont toujours vivaces. On sacrifie un boeuf pour faire venir la pluie, sur décision du Conseil des anciens. Amuyaakar se fait protéger pour son trafic par un sorcier qui lui révèle son bon et son mauvais esprits, tous deux des serpents. Et les voyants ont le don de prédire ennuis et richesses...

Le cannabis amène la richesse. De quoi vivre à l'aise, faire des conquêtes. Et le sentiment de triomphe d'avoir joué douaniers et policiers.

Mais dans un village, on a sur le dos toute la population : l'alcool est interdit par la religion, et le yamba est réputé rendre fou ! Les anciens ne sont pas contents... Et l'angoisse d'être dénoncé est permanente.

Amuyaakar connaît bien des aventures : amour, prison, vol, richesse... Ce qui ne l'empêche jamais de "développer" !