Jypé Carraud

Tim-Tim Bois-Sec



« Au bas du village, un rang de cocotiers dodelinait de la tignasse, ombrageant à parts égales la plage payante et celle, gratuite, où les pêcheurs accostaient. Trois ou quatre encablures d'un détroit où affleuraient cayes et bancs de sable, puis c'était l'Îlet, parasol d'amandiers aux luisances de jade et de flamboyants d'un vermillon aussi luminescent que s'il avait été peint par le douanier Rousseau. Au-delà, l'Atlantique, avec le transparent drapé de ses bleus et de ses verts. A l'horizon, de sud en ouest : Marie-Galante, grise et plate; la Dominique, une brume; les Saintes, un archipel grec; enfin, au bout d'un arc de littoral plat où n'apparaissait pas l'ébréchure de la Rivière Salée, la Basse Terre avec ses bananeraies, ses volcans chapeautés de deuil par la forêt primaire, sa Soufrière dont l'arête se détachait avec une netteté si rare qu'on y distinguait failles et fumerolles. »

Avec son képi et son écuson proclamant "La Loi", Cambronne Mâcheclair est la terreur des contrevenants de Père-Labat, des "chars" surchargés aux videurs de pots de chambre dans la nature. Néanmoins, l'affaire qui l'appelle sur l'îlet communal ne relèverait point de sa compétence en temps normaux. Seules les élections, siège courant de fraudes multiples, peuvent à ce point vider gendarmerie et commissariat... Alors, les deux cadavres - dont un exhumé -, Tim-Tim Bois-Sec devra s'en occuper seul.

« Cambronne Mâcheclair avait pour principe que, si un visage n'est pas exempt de tromperie, un bonda est toujours sincère. Ce qu'il entrevit, outre sa jolie teinte abricotée, lui parut plein de vie et de primesaut, joueur, gourmand, peu rigide en sa morale, mais sans méchanceté. »

Couverture livre

« Dans le plus petit verre, il versa le rhum. Dans le moyen, pruneau et sirop. Dans le grand, l'eau de Seltz. Il examina le tout d'un oeil critique. Les doses lui paraissant correctes, il transvasa le rhum côté pruneau, touilla, huma, éleva le mélange en direction d'un convive supposé... et tic ! sirota son punch - un vrai, un guadeloupéen, à ne pas confondre avec le martiniquais, ce vitriol dissimulé sous les glaçons... et tac ! se décolla les papilles à l'eau gazeuse... et toc ! éructa. »

Dans ce carrefour des cultures et des peuples que sont les Antilles, on croise aussi bien un curé alsacien ou des gendarmes en short et chaussettes, que des commerçants syriens à l'honnêteté douteuse. Békés neufs ou pas,tous savent respecter les superstitions en matière de sorcellerie - on ne sait jamais ! Quel officiel n'a eu, devant sa porte, un lézard enfermé dans une bouteille...

« Quand il ateignit l'extrémité sud-ouest des quais, un soupir lui échappa : que de boutiques et de dépôts à visiter, les uns tapis au rez-de-chaussée de maisons de bois aux balcons branlants, les autres lancés à l'escalade de récents édifices "en dur" avec toits anticyclones ! Et impossible d'en négliger le moindre recoin, chaque commerçant prétendant à l'omnicompétence et faisant fraterniser, à la même tringle, les saucissons secs et les rouleaux de fil de fer barbelé ! »

Interrogeant tous les suspects et déjouant les intrigues du commissaire Glandor, Tim-Tim le garde-champêtre paie de sa personne à l'occasion, les suspectes n'étant pas farouches... Il en arrive à enquêter parmi les quimboiseurs, les sorciers. Un bon sortilège nécessite tout un cérémonial, dont un bon limier ne manque pas de remonter la piste !