Collection Noir Urbain



Des nouvelles percutantes liées à un petit coin de Paris. Un photographe qui travaille en parallèle sur ce même coin. À observer.

Jean-Bernard Pouy : La vie Payenne - 2004, Paris III

« Le square de la rue Payenne, on y vient méditer, pour se reposer d'un trekking dans le quartier, les bancs y sont souvent libres et certains s'y allongent pour regarder le peu de ciel qui passe entre les frondaisons. Généralement, deux ou trois minutes après, ils se glissent timidement une main dans le pantalon. Va savoir. On y vient parfois lire, de longs moments, pour cause de tranquillité, de silence et aussi de plénitude. Sans doute parce qu'il est circulaire, deux cercles concentriques de gravier, l'un haut, avec les bancs, et l'autre plus bas, à peine trois ou quatre marches y mènent, entourant la statue et ses rosiers qui poussent en hauteur, cherchant la lumière. Les mômes à tricycle n'y restent jamais longtemps, préférant les larges trajectoires rectilignes et poussiéreuses de la place des Vosges.J'ai toujours trouvé que ce jardin était un endroit à la Gérard de Nerval, juste avant le réverbère. Un lieu où l'on pourrait se pendre avec joie. »

Un rendez-vous à cinq, dix ans après. Ils ne sont que trois. Avec un acte de fidélité à l'amitié à accomplir.

Marc Villard : Petite mort sortie Rambuteau

XVIII et Xe arrondissements de Paris : Barbès, rue Myrher, rue du Roi d'Alger. Et puis Saint Denis, rue du Chateau d'eau. Les quartiers de la dope et de la prostitution.

« 22 heures.
Rue des petites écuries à trente mètres du New Morning. La fille a été balancée dans la cour. Un sac de merde. »

Un flic déjanté au speed chasse un massacreur de putes.
Oscar, clodo noir et batteur de jazz virtuose, est aussi sur la piste.
Points commun : la dèche, la rage, et Betty.
Ca ne peut que mal finir.